Si vous voulez recevoir nos informations, merci de nous laisser votre contact

Se você quiser receber nossas informaçoes, por favor fale quem é você....

site réalisé par Aurélie & Verioca en accord avec Catavento, 12 rue du Pôle Nord 75018 Paris, siret 51423879900019
édité par wix (www.wix.com)

Ils nous soutiennent... / Eles nos apoiam...

 

Aurélie

  Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours chanté… du jazz avec mon père au piano, de la variété pendant les longues virées en voiture, des airs de Michel Legrand devant les films de Jacques Demy…

 

J’ai toujours écrit aussi. Mon chemin m’a d’abord mené vers le cinéma. Au début côté production, derrière la caméra parce que je voulais comprendre comment on fabriquait un film, un peu comme on enquête sur le recette d’un bon plat. Et puis ensuite à l’écriture. Je voulais raconter des histoires, avec un début, un milieu et une fin. Je voulais être émue et émouvoir. Un peu comme sur scène… Et puis ma route a croisé celle du Brésil. C’était à 14 ans chez une amie née là-bas par hasard et qui avait en boucle sur sa platine vinyl les albums de Chico Buarque ou Vinicius de Moraes. “Calice“ de Chico est un de mes souvenirs les plus marquants…

 

Plus tard, est venue la rencontre avec Eduardo Lopes. C’était à Crest, au festival de jazz vocal, et j’ai été littéralement aimantée par l’atmosphère qui se dégageait de ces musiques. Je ne comprenais rien aux paroles, mais j’avais le sentiment que leurs auteurs me comprenaient mieux que personne. Je ne me trompais pas… Depuis ce moment, je me suis plongée à corps perdu dans cette musique, cette langue, cette culture comme si je retrouvais une famille, une histoire, un souvenir.

 

Lors de mon premier voyage de l’autre côté de l’océan, je suis restée muette. J’arrivais à comprendre des bribes de conversation quand elles empruntaient des mots aux paroles des chansons que je connaissais. Puis de retour en France, j’ai étudié la grammaire, les conjugaisons. Tout s’emboîtait comme par magie dans ma tête. La vie a ensuite continué à guider mes pas vers cette terre. J’y ai travaillé pour écrire un guide de voyage pour les éditions Hachette et j’ai pu crapahuter dans le Nordeste tout entier. Des recoins de Salvador aux Lençois maranheses en passant par l’intérieur du Ceará. Tout en continuant à écrire pour des documentaires pour le cinéma ou la télévision, je sentais un besoin de plus en plus fort de chanter cette musique sur scène, pour donner un peu du bonheur qu’elle m’apportait au jour le jour.

 

J’ai commencé à faire de la scène en 2005 avec YEMANJA’ZZ, mon premier groupe. C’était avec Emmanuel Heyner à la guitare, Caio Mamberti aux percussions et Marc Israël à la basse. On a enregistré un premier EP 6 titres avec des reprises et ma première chanson sur une musique de Virginie Henry.

 

Et puis la rencontre avec Verioca a été décisive. J’ai commencé à écrire sur ses musiques, en en écrivant toujours mes histoires, mais en chanson cette fois. Avec le bonheur de pouvoir les chanter et les offrir à un auditoire sans attendre… De nombreux professeurs m’ont accompagné sur la voie de ma voix… Yaël Benzaquein a été la première, puis Daniella Barda, Isabelle Carpentier, Laurence Saltiel, Aïcha Redouane, plus récemment Géraldine RosEduardo Lopes bien sûr qui m’a ouvert les portes de toutes les musiques du Brésil. Felipe Abreu qui m’a accompagné à chacun de mes voyages à Rio sur le chemin de l’exigence et d’un accent qui soit à la fois respectueux de la langue sans renier mes origines.

 

Et puis Laurent Mercou qui m’a fait connaître le studio des variétés où j’a été formée comme professeur de chant avec des gens merveilleux comme Sarah Sanders, Claudia Philips, Gislaine Lenoir et bien d’autres… De nombreux chanteurs et chanteuses m’ont aussi guidée : Chet Baker, Elis Regina, Mônica Salmaso, Maurane, Mônica Passos.

 

Ils m’ont montré que la seule route possible est celle de la sincérité. Merci à eux !